Conférence du RYCO sur la réconciliation et la coopération régionale

Le 8 février 2019, l’ambassadeur de France au Kosovo, M. Didier Chabert avec son collègue allemand, M. Christian Heldt, ont participé à une Conférence sur la réconciliation et la coopération régionale, organisée par l’Office pour la coopération régionale de la jeunesse (RYCO) et l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ).

JPEG - 54 ko
Conférence du RYCO sur la réconciliation et la coopération régionale

Lors de son intervention, M. Chabert a évoqué le rôle central accordé à la coopération entre sociétés civiles française et allemande dans le Traité de l’Elysée de 1963 et le Traité d’Aix-la-Chapelle, signé le 22 janvier 2019. La création de l’Office franco-allemand pour la jeunesse et son rôle pour favoriser la réconciliation franco-allemande peuvent ainsi constituer une source d’inspiration pour la jeunesse du Kosovo pour construire un futur de paix dans la région.

JPEG - 88.9 ko
Conférence du RYCO sur la réconciliation et la coopération régionale

Lire l’intégralité de l’intervention de l’ambassadeur de France au Kosovo

Monsieur le Ministre,
Cher Christian,
Monsieur le Secrétaire général de l’Office régional pour la coopération de la jeunesse (RYCO)
Mesdames, messieurs
Chers étudiants et représentants de la société civile

C’est un véritable plaisir d’être à nouveau aux côtés de mon collègue et ami Christian afin d’échanger sur les questions de réconciliation et de coopération franco-allemande.

La France et l’Allemagne entretiennent aujourd’hui une relation spéciale. Cette relation, ce partenariat franco-allemand est une véritable amitié qui résulte de la réconciliation entre nos deux pays.

Cette réconciliation n’a pas été évidente et elle doit être mise en perspective avec l’Histoire de nos deux nations et la rivalité héréditaire qui les a opposées pendant des siècles.

Nous célébrions il y a quelques jours un anniversaire particulier : la signature le 22 janvier 1963 du Traité de l’Elysée, signé par le Président de la République De Gaulle et le Chancelier Adenauer moins de 15 années après la fin de la deuxième guerre mondiale.

Cette première étape a donné une impulsion décisive à la paix et la coopération entre nos deux nations, ainsi qu’à la construction européenne.
Le Traité de l’Elysée a permis une réconciliation non seulement des élites, mais aussi de la société civile en associant notamment les collectivités territoriales, les écoles, les universités, les associations... Et une place essentielle a été accordée à la jeunesse dans ce dispositif avec notamment la création de l’Office franco-allemand pour la jeunesse.

Et il y a quelques jours, un nouveau chapitre des relations franco allemandes s’est ouvert avec la signature du Traité d’Aix-la-Chapelle le 22 janvier 2019. Ce traité marque une nouvelle étape. Au moment où l’Europe est menacée par les nationalismes et est bousculée par le Brexit, l’Allemagne et la France viennent de décider de montrer la voie en Europe en s’engageant vers davantage de convergence – notamment dans les domaines économique et social, de la recherche et de l’innovation ou encore en matière de défense et de politique étrangère, etc.
Une assemblée parlementaire est ainsi créée au cœur de ce nouveau traité d’Aix la chapelle ; elle est constituée d’une cinquantaine de membres du Bundestag et d’autant de l’Assemblée Nationale. Cette assemblée se réunira alternativement en France et en Allemagne afin de contribuer à définir des politiques et des positions communes, notamment sur les questions de défense et de politique étrangère. Et le traité précise que « cette assemblée pourra prendre des décisions et proposer des résolutions conjointes au Bundestag et à l’Assemblée nationale »

Il s’agit d’une étape majeure dans le rapprochement de nos deux pays.

Ce n’est pas un hasard si un pilier de ce nouveau traité porte sur le renforcement de la coopération culturelle, le développement de l’apprentissage mutuel de la langue de l’autre et le rapprochement des citoyens, et notamment des jeunes.

Ainsi, l’article 9 de ce nouveau traité prévoit que nos deux pays définissent des objectifs chiffrés en matière de mobilité et d’échanges à l’intention des jeunes dans le cadre de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse. C’est dire à quel point le développement des échanges de jeunes d’horizons très différents (étudiants, stagiaires, apprentis etc.) est clé pour approfondir notre compréhension mutuelle. Et il est évident que l’OFAJ joue un rôle essentiel à cet égard.

L’évolution des relations entre la France et l’Allemagne depuis le milieu du XXè siècle prouve que la volonté politique et l’engagement des citoyens permettent de dépasser les conflits du passé.

Cette réconciliation constitue dans une certaine mesure un « modèle » ou une référence pour d’autres pays déchirés par l’Histoire et notamment ici dans les Balkans. Je crois vraiment que la réconciliation franco-allemande peut être une source d’inspiration pour la jeunesse du Kosovo, pour construire un futur de paix avec vos voisins de la région.

Je vous remercie de votre attention et suis à la disposition des jeunes présents aujourd’hui pour échanger avec eux.

Dernière modification : 11/02/2019

Haut de page