Fête nationale du 14 Juillet au Kosovo

Le discours de l’Ambassadeur de France au Kosovo, M. Didier Chabert, à l’occasion de la réception organisée pour la Fête nationale le 14 juillet 2018.

JPEG

PDF - 221.6 ko
Fjalimi i Ambasadorit të Francës
(PDF - 221.6 ko)
PDF - 222.3 ko
Govor Ambasadora Francuske
(PDF - 222.3 ko)
PDF - 223.3 ko
French Ambassador’s speech
(PDF - 223.3 ko)

Le discours de l’Ambassadeur de France au Kosovo, M. Didier Chabert à l’occasion de la réception organisée pour la Fête nationale.

Monsieur le Président de la République, Monsieur le président du parlement, Monsieur le Premier ministre, Mesdames, Messieurs les ministres, Mesdames, Messieurs les député(e)s, Mesdames, Messieurs les membres du corps diplomatiques, Messieurs les représentants de communautés religieuses, Mesdames, Messieurs, chers compatriotes,

Nous sommes réunis aujourd’hui un 14 juillet très particulier parce qu’il se tient une année historique, celle des dix ans de l’indépendance du Kosovo. Depuis cet événement fondateur jusqu’à maintenant, le Kosovo a toujours pu compter sur le soutien indéfectible de la France, second pays à avoir reconnu son indépendance et qui a mis en place en 2018 une année culturelle croisée pour la célébrer. Ces derniers mois en témoignent encore avec la visite en France en mars 2018 du Président Thaci à Paris, où il a rencontré le Président Macron, celle le 18 juin dernier du Président du Parlement, M. Kadri Veseli, et du Ministre des affaires étrangères, M. Behgjet Pacolli, le 8 novembre 2017. Je me félicite de la visite à Pristina de Madame la Secrétaire d’Etat auprès du Ministère des Armées, Mme Darrieussecq.

Je salue également l’engagement toujours plus déterminé du Kosovo dans les instances de la Francophonie, marqué en 2018 par sa participation au Sommet de Paris, par son adhésion à l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie, ainsi que par ses candidatures comme membre associé à l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Cette amitié que la France porte au Kosovo, à ses institutions comme à toutes les communautés qui le composent, va encore se renforcer dans les années à venir puisqu’elle repose tant sur des principes et des valeurs partagés que sur une vision commune : celle d’une Europe élargie, ouverte, généreuse mais aussi rigoureuse et exigeante dans l’intérêt de tous. Je tiens à cet égard à rappeler l’initiative du Président Macron d’organiser à Paris en novembre prochain un Forum mondial pour la paix, qui rassemblera les Chefs d’Etat et de gouvernement du monde entier, auquel le Kosovo est bien sûr invité.

Aujourd’hui, le Kosovo bénéficie d’un accord de stabilisation et d’association qui est un atout majeur pour son processus d’intégration à l’Union européenne. Le 6 février 2018, le pays a ainsi été inclus dans la stratégie d’élargissement de l’Union européenne avec l’ensemble des pays des Balkans occidentaux. Cela ouvre des horizons nouveaux aux étudiants, aux hommes d’affaires et à la société civile en s’appuyant sur les programmes de coopération financés par les contribuables de l’Union européenne.

Pour autant, si l’on regarde le chemin parcouru, beaucoup a été fait et beaucoup reste à faire. Depuis 1999, des progrès considérables ont été accomplis en termes de mise en place des institutions d’Etat et de fonctionnement des services publics. Certes, cela a été possible avec l’aide précieuse de la communauté internationale, notamment de la MINUK et d’EULEX, mais ce succès est d’abord celui du peuple du Kosovo, qui peut et doit en être fier.

Cependant beaucoup d’efforts restent à accomplir en matière d’Etat de droit, de lutte contre la corruption et le crime organisé, d’emploi, d’éducation et de santé. Ce travail doit être entrepris pas parce qu’il s’agit d’une demande de la communauté internationale, mais parce qu’il est nécessaire et que le peuple du Kosovo en a besoin et le réclame. Dans une Europe en perpétuel mouvement, qui fait face à des crises sans précédent en matière migratoire et de terrorisme, les pays qui n’avancent pas reculent, car tous les autres continuent à avancer. C’est pourquoi, le Kosovo doit continuer à progresser dans ses réformes et à adopter au plus vite les lois et les mesures indispensables à son développement. C’est le moment d’accélérer la lutte contre la corruption et le crime organisé, au Parlement, dans le système judiciaire et dans l’administration, afin que les pays de l’Union européenne soient fermement convaincus de prendre une décision positive pour la libéralisation des visas.

L’avenir du Kosovo passe dans une grande partie par le succès de son développement économique. Il est important que les investisseurs étrangers mesurent mieux le potentiel du pays. C’est pour cela qu’une réunion s’est tenu en mars dernier au MEDEF international à Paris entre des représentants d’entreprises des deux pays avec la participation active du Club d’affaires francophone du Kosovo, le KOCAF. Nous espérons qu’un nouvel événement réunissant des investisseurs français et kosovars pourra se tenir à Pristina dès cet automne. Il est important à cet effet que le climat des affaires continues à progresser au Kosovo. Des avancées ont été justement soulignées dans le rapport « Doing business » de la Banque mondiale, mais une vigilance et une attention particulière à un traitement juste des investisseurs est indispensable, notamment lorsqu’une entreprise étrangère est en compétition avec une entreprise du Kosovo.

Je tiens également à souligner les espoirs nouveaux de parvenir à un accord mutuel, juridiquement contraignant, dans le dialogue avec la Serbie. Il s’agit d’un chemin ardu car de part et d’autre des compromis difficiles devront être trouvés pour permettre une complète normalisation des relations et la pleine reconnaissance internationale du Kosovo par la Serbie qui est attendue par tous ici. Il est important que tous les partis politiques du Kosovo fassent preuve de leur sens de l’intérêt national et s’engagent de façon constructive pour faire de cette négociation un succès en soutenant ceux qui ont à la conduire pour le compte du Kosovo. La réconciliation est indispensable pour la stabilité de la région toute entière, comme le fut pour l’Europe la réconciliation franco-allemande.

Il est aussi important de garder à l’esprit que le dialogue entre les deux pays doit également viser à l’amélioration des conditions de vie et de sécurité des populations du Kosovo d’origine serbe, qui depuis des mois se sont dégradées par une augmentation très sensible des agressions inadmissibles contre des membres de la communauté serbe à travers tout le Kosovo, par des violences résultant de la montée en puissance des réseaux du crime organisé au Nord de l’Ibar, par les pressions exercées sur ceux qui ont rejoint la KSF pour qu’ils démissionnent et par l’absence de progrès dans l’enquête sur le meurtre d’Oliver Ivanovic.

Enfin, je voudrais conclure par un mot particulier de remerciement à mes compatriotes présents aujourd’hui, qui par leur enthousiasme et leur compétence contribuent jour après jour à donner chair et passion à la relation entre nos deux pays, à ceux qui travaillent pour l’ambassade ou dans les organisations internationales (EULEX, Union européenne, MINUK, Conseil de l’Europe), aux hommes d’affaires qui contribuent au développement des échanges économiques et commerciaux entre les deux pays avec des remerciements particuliers aux deux présidents du KOCAF, M. Rrahim Pacolli et Roger Forneris, et également une attention très chaleureuse aux français qui travaillent au Kosovo dans les ONG humanitaires et notamment à Play international et à Gaïa qui font tant pour les enfants défavorisés et pour développer le vivre ensemble de toutes les communautés.
Je voudrais également remercier tous les sponsors qui ont permis d’organiser aujourd’hui cet événement dans les meilleures conditions afin de donner tout son éclat à la fête nationale française.

Mes pensées vont également à l’équipe de France de football, qui jouera demain la finale de la Coupe du monde contre l’équipe de Croatie. Je leur souhaite un bon match et que le meilleur gagne.

Je souhaite enfin conclure cette intervention en portant un Toast à la santé de la République française et de la République du Kosovo.

JPEG
JPEG
JPEG

Dernière modification : 31/07/2018

Haut de page