Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (25 novembre 2018)

A l’occasion de la 19e journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, qui sera célébrée le 25 novembre prochain, la France réaffirme son engagement et sa détermination à ce que la communauté internationale combatte et élimine toutes les formes de violences faites aux femmes.

L’égalité entre les femmes et les hommes que le Président de la République a érigée en grande cause du quinquennat, sera en 2019 une priorité de l’action de la France dans le cadre de ses présidences du G7 et du comité des ministres du Conseil de l’Europe. En lien avec ses partenaires européens et internationaux, la France lancera une campagne visant à universaliser la Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique.

La France reste fortement mobilisée sur ce dossier au sein des Nations unies. Elle a été, avec les Pays-Bas, à l’initiative de l’adoption cette semaine de la première résolution de l’Assemblée générale des Nations unies visant à éliminer le harcèlement sexuel partout dans le monde. Elle a également été à l’origine du premier groupe des amis visant à éliminer le harcèlement sexuel, qui compte déjà plus de 30 membres, deux mois seulement après sa création.

La France réitère son appel à la mobilisation pour mettre un terme à l’impunité des auteurs de ces violences, alors que 37 pays exonèrent encore de poursuites les auteurs de viols lorsqu’ils sont mariés à la victime ou qu’ils l’épousent subséquemment.

La France réitère en outre son appel à tous les États à ratifier et à mettre en œuvre sans réserve la Convention des Nations unies pour l’élimination des discriminations à l’égard des femmes.

La violence à l’égard des femmes existe dans tous les pays et toutes les sociétés à la maison, à l’école, dans la rue, au travail, sur internet : en 2014, entre 45 et 55% des femmes ont été victimes de harcèlement sexuel dès l’âge de 15 ans au sein de l’Union européenne. Aujourd’hui, ces violences constituent l’une des violations des droits de l’Homme les plus répandues et les plus ancrées dans le monde : une femme ou fille sur trois est victime de violences au cours de sa vie tandis qu’une femme tuée sur deux en 2012 l’a été des suites de violences infligées par son partenaire ou un membre de sa famille. En France, une femme meurt tous les trois jours des suites de violences conjugales.
En temps de conflit, les femmes sont les premières victimes de ces violences qui, même en temps de paix, sont trop souvent banalisées et restent impunies. Celles-ci sont un obstacle persistant au développement humain et économique, à l’accès des femmes au marché du travail et plus largement à la réduction des inégalités des femmes vis-à-vis des hommes.

Afin de renforcer l’élan international pour éliminer ces violences, la France apporte son soutien à l’initiative de l’ONU « Oranger le monde : #EcoutezMoiAussi » qui vise à accroître la sensibilisation autour de ce sujet.

Découvrez l’infographie animée diffusée à cette occasion : https://youtu.be/LITBGZF-lXQ

Dernière modification : 26/11/2018

Haut de page