Journée mondiale de lutte contre la désertification : "Notre terre. Notre maison. Notre avenir."

PNG

Le nombre de migrants est passé de 173 millions en 2000 à près de 250 millions ces dernières années. Ces migrations sont avivées par des enjeux de développement, en particulier les conséquences des désordres écologiques, de l’instabilité politique, de l’insécurité alimentaire et de la pauvreté.

L’édition 2017 de la Journée mondiale de lutte contre la désertification est placée sous le thème « Notre terre. Notre maison. Notre avenir. » afin de souligner le rôle central que peuvent jouer les terres productives pour transformer la vague croissante des migrants abandonnant leurs terres non productives en des communautés et des nations stables, sûres et durables dans l’avenir.

La lutte contre la désertification, souvent comprise à tort comme la lutte contre l’extension des déserts existants, vise à éviter la dégradation des terres "non-désertiques" en zones sèches et la destruction de leur potentiel biologique et productif, sous l’effet de facteurs climatiques et de pratiques agricoles inadaptées. Les zones sèches, qui sont réparties sur l’ensemble des continents, représentent 40% de la superficie de la planète et abritent plus de deux milliards de personnes, parmi lesquelles les populations les plus pauvres et les plus vulnérables, notamment des pays africains en développement.

Au regard de ses conséquences environnementales (perte de biodiversité, diminution de la capacité de stockage du carbone dans les sols, sécheresses), et socio-économiques (pauvreté, insécurité alimentaire, migrations), le phénomène de dégradation des terres constitue un enjeu majeur pour le développement durable (cible 15.3 de l’Agenda 2030), en particulier sur le continent africain.

La France est fortement impliquée dans la mise en œuvre de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD). Ses engagements financiers bilatéraux en matière de lutte contre la désertification et la dégradation des terres dans les pays en développement pour la période 2014-2015 s’élèvent à 597,57 M€.
L’année 2017 est une année charnière pour la lutte contre la désertification :

17 juin : Journée mondiale de lutte contre la désertification, Ouagadougou (Burkina Faso).
À l’occasion de cette journée mondiale, le président du Burkina Faso a réuni le 15 juin 2017 à Ouagadougou un colloque de haut niveau sur la soutenabilité, la stabilité et la sécurité (l’initiative 3S) en présence de plusieurs chefs d’État africains et de hauts responsables politiques. L’ambassadeur de France à Ouagadougou y a prononcé un discours que vous pouvez télécharger ici (PDF).
27-28 juin : « Désertif’actions », Strasbourg (France).
Le sommet entend réunir environ 500 acteurs non-étatiques afin de préparer la prochaine Conférence des Parties COP13 de la CNULCD ;
6-16 septembre : COP13 de la CNULCD, Ordos (Chine).
La 13ème Conférence des Parties de la CNULCD doit permettre d’adopter la nouvelle stratégie 2018-2030 de la CNUCLD, d’avancer dans la mise en œuvre de la neutralité en matière de dégradation des terres et de d’évoquer le potentiel d’atténuation des changements climatiques grâce à la séquestration de carbone dans les sols.

Dernière modification : 21/06/2017

Haut de page