L’office régional de coopération des jeunes des Balkans (RYCO)

RYCO sera officiellement créé, le 4 juillet 2016 à Paris, à l’occasion du sommet de Paris sur les Balkans. Krenare Gashi, directrice exécutive du réseau des ONG kosovares en charge de la jeunesse (KYCN), nous parle de son expérience au sein du groupe de travail qui a proposé les statuts de RYCO.

JPEG

1/ Quel est l’objectif de RYCO ?

RYCO a pour objectif d’introduire une approche équitable et inclusive dans les échanges de jeunes, afin de permettre aux jeunes des Balkans de bénéficier d’un mécanisme spécifique, soutenu par la communauté internationale. RYCO permettra la mise en œuvre de projets régionaux qui contribueront aux rencontres, à une meilleure connaissance des autres, à l’engagement d’un dialogue et à l’amélioration de la compréhension des réalités sociétales et historiques de la région. Cet objectif procède directement d’une vision plus large qui s’applique à une région aux multiples visages, dans laquelle les jeunes, en tant que groupe le plus concerné par le futur, ont conscience du passé et jouent un rôle actif dans la construction de leurs vies, de leurs sociétés et d’un avenir meilleur.

2/ Quel a été le rôle du groupe de travail RYCO ?

Le groupe de travail a été créé pour formuler, d’ici au 1er mars 2016, des propositions concrètes pour les missions, structures, activités et financement de l’Office Régional de Coopération de la Jeunesse (RYCO). Ce groupe de travail était constitué de représentants des gouvernements et d’organisations en charge de la jeunesse dans les 6 pays des Balkans occidentaux. Outre son travail de rédaction des projets de statuts de RYCO, le groupe de travail a aussi organisé, pendant toute la durée du processus d’élaboration, différentes activités d’information et de réseautage, afin de promouvoir RYCO dans les pays des Balkans. En tant que membre du groupe de travail, je suis fière du travail accompli et également de l’esprit constructif et ouvert qui a animé chacun des membres. Il est également important de souligner le rôle et la contribution de l’office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) qui a accompagné l’ensemble du processus.

3/ Quels sont les défis auxquels sont confrontés les jeunes dans la région des Balkans ?

Chacun sait que les Balkans sont une région complexe et sensible. Cette complexité, héritée du passé, a un énorme impact sur les problématiques actuelles concernant les jeunes. Tous les jeunes des Balkans occidentaux doivent faire face à différents problèmes dans leur quotidien. Si l’on devait les classer par ordre de priorité, on distingue 3 défis principaux qui touchent particulièrement les jeunes. Tout d’abord, le chômage qui est le problème numéro 1, dans chacun des 6 pays de la région. En second lieu, la faible intégration des jeunes dans le processus de décision politique constitue également une faiblesse. Cet état de fait freine l’amélioration de la démocratie et de la transparence au sein de la société. Et les jeunes en sont les premiers à en pâtir. Enfin, la faible mobilité dans les Balkans place également les jeunes dans une situation défavorable. L’isolement de chacun des pays, pour diverses raisons, accroît les préjudices, le manque de communication et l’absence de coopération.

Pour l’ensemble de ces raisons, je me réjouis du fait que RYCO va ouvrir de nouvelles possibilités aux jeunes des Balkans, tant pour communiquer et collaborer que pour contribuer au développement de la région. L’amélioration de la situation actuelle et le développement des valeurs démocratiques, telles que l’Etat de droit, dépendent de notre responsabilité individuelle, afin de faire avancer la région toute entière.

En conclusion, je suis convaincue que RYCO va constituer une étape concrète vers la réconciliation entre les 6 pays, de la même manière que je crois qu’il ne peut y avoir d’intégration européenne sans coopération régionale.

Dernière modification : 20/06/2016

Haut de page